Yen : fin du mouvement baissier ?

Le 03 février 2015

investir-turbo-valeur-bourse

anticiper-marche-analyse-technique-300250

Avec le renchérissement du yen face au dollar et à l’euro ces dernières semaines, en partie du fait du retour de la volatilité sur plusieurs marchés et à l’aversion au risque, se pose la question de la fin du mouvement baissier sur le yen, observée depuis l’arrivée au pouvoir de Shinzo Abe.

Et la réponse devrait être…négative.

En cause: la poursuite de la politique monétaire menée par la Banque du Japon (BoJ) qui, fin octobre, a augmenté ses achats d’actifs de 30 000 milliards de yens, soit un rythme annuel de 80 000 milliards de yens (près de 550 milliards d’euros). Cette composante monétaire est une des trois flèches des Abenomics, complétant la relance budgétaire et celle des réformes structurelles.

Les dernières statistiques économiques du Japon en 2014 semblent témoigner d’un impact relativement limité des mesures de relances prises par le Premier ministre, peu aidé par le contexte économique mondial.

L’inflation (hors produits frais et augmentation de la taxe sur la consommation en avril) n’arrive toujours pas à se hisser au-dessus de 1%…soit encore loin de l’objectif de stabilité annoncé à 2%.

Sur les derniers mois de l’année 2014, les dépenses de consommation des ménages japonais se sont également inscrites en recul. Sans oublier que le Japon est retombé en récession au second semestre 2014 avec un recul du PIB de 0.4% au troisième trimestre faisant suite à une contraction de 1.9% au deuxième trimestre…

Pour contrecarrer ce nouveau ralentissement de l’économie japonaise, Shinzo Abe a annoncé fin décembre un plan de relance de 24 milliards d’euros visant les particuliers, les entreprises et les régions. Il accroit ainsi le volet budgétaire pour encourager notamment les entreprises à accroître les salaires et à mieux rémunérer les sous-traitants. L’objectif étant de stimuler la demande intérieure atone depuis la hausse de la taxe sur la consommation et de tirer les prix vers le haut. En échange des efforts de la BoJ, le gouverneur Haruhiko Kuroda demande aux entreprises, qui ont fortement bénéficié de la dépréciation du yen, à réinvestir notamment leurs profits afin d’instaurer un «cercle vertueux».

Avant de débuter ce «cercle vertueux», les chefs d’entreprises attendent la mise en œuvre des réformes structurelles qui concernent notamment le marché du travail accompagnées d’une baisse de l’impôt sur les sociétés…

Même si le déficit commercial 2014 du Japon s’est fortement accru par rapport à 2013, les derniers chiffres du commerce extérieur japonais, avec un accroissement des exportations plus important qu’anticipé, devraient se traduire par une sortie progressive de la phase de récession.

La baisse du prix des hydrocarbures, qui pèsent dans la balance commerciale depuis l’arrêt des centrales nucléaires lié à l’accident de Fukushima (doublé d’un alourdissement mécanique lié à la faiblesse du yen), devrait permettre de conserver la tendance d’amélioration de décembre.

Face à ce constat d’amélioration de la balance commerciale en fin d’année (4ème mois consécutif de hausse des exportations en décembre), il semble peu probable que la Banque du Japon change brutalement ses orientations monétaires. Elle devrait conserver un biais expansionniste dans les mois qui viennent.

Les minutes de la dernière réunion de la BoJ suggèrent qu’il n’y a pas d’empressement à accroître la taille du programme d’achat d’actifs mais plusieurs membres se sont montrés inquiets de l’évolution des indicateurs de confiance des consommateurs et du climat des affaires, laissant la porte ouverte à de nouvelles mesures de stimulation dans les mois qui viennent.

D’autres membres ont également souligné le fait que le nouvel assouplissement d’octobre n’était pas une réponse directe à la baisse des prix de l’énergie mais plutôt au ralentissement de la hausse des prix qui impacte les anticipations d’inflation.

En janvier, la récente hausse du yen face au dollar et à l’euro notamment semble être un mix entre : arbitrages après la forte baisse du second semestre 2014 (qui fait elle-même écho aux baisses successives depuis fin 2012 et l’arrivée au pouvoir de Shinzo Abe), sentiment d’aversion au risque en raison de la nouvelle donne politique en Grèce, accroissement des tensions en Ukraine avec risque de nouvelles sanctions contre la Russie. Mais elle traduit également (en ce qui concerne l’euro vs yen) l’action de la BCE avec l’annonce du QE qui a propulsé l’euro à la baisse.

Cette tendance haussière ne devrait pas durer en raison de la «normalisation» progressive de la politique monétaire américaine qui devrait aider à voir le dollar se renforcer face au yen pour revenir sur les niveaux touchés mi-2007 proche de 125.00 yens pour un dollar, avant la phase aigüe de la crise des subprimes. Même constat face à l’euro qui, après la phase de baisse actuelle face au yen, devrait se redresser pour revenir sur les plus haut de fin 2014 à proximité de 150.00 yens pour un euro, au bénéfice d’une reprise économique progressive en zone euro et à une diminution de l’aversion au risque après la stabilisation très probable du risque court terme lié à la situation grecque.

Analyse de l’EUR/JPY

Yen : fin du mouvement baissier ?

D’un point de vue technique, l’euro a connu 4 phases principales face au yen depuis fin 2012 et l’arrivée au pouvoir de Shinzo Abe : forte accélération haussière de 100.00 à plus de 145.00 yens, suivie d’une phase de consolidation/correction sur les 135.00 yens puis nouvelle phase de hausse à partir d’octobre et de la mise en place de nouvelles mesures expansionnistes de la BoJ, puis correction de 150.00 à près de 130.00 yens dans un contexte d’aversion au risque et d’annonce du QE par la BCE.

Dans cette dernière phase, l’euro/yen s’est rapproché de la zone support long terme qui passe par les plus bas de 2000 et 2009. Tant que l’aversion au risque reste présente sur les marchés (Grèce notamment), l’euro devrait rester sous pression face au yen et pourrait même faire une incursion sous ce support et sous les MM50 et 100 (mensuel). Un retour sur le retracement de Fibonacci 61.8% (baisse 2008 / 2012) devrait marquer le retour progressif de la hausse de l’euro vers les plus hauts récents à 150.00 yens puis excéder ce niveau pour rallier le centre de la zone de consolidation (2006/2008) qui se trouve à 160.00 yens.

Analyse de l’USD/JPY

Yen : fin du mouvement baissier ?

La normalisation progressive de la politique monétaire US, qui a commencé avec la fin du QE3 et va se poursuivre avec un relèvement de taux dans quelques mois, devrait se traduire par une poursuite de la hausse du dollar face au yen. Ce puissant rally a commencé en 2012 pour s’étendre au-dessus de l’oblique baissière passant par les sommets de 2002 et 2007, avant de dépasser les plus hauts de août 2008 et de faire une incursion récente au-dessus des 120.00 yens. Depuis, le dollar connait une phase de correction qui correspond à la phase de volatilité et d’aversion au risque traversée par plusieurs marchés.

Après cette phase qui peut encore durer quelques semaines, la hausse du dollar devrait reprendre. Un retour dans la zone 120.80 / 121.80 marquerait le retour de la tendance haussière avec comme niveau suivant le plus haut de 2007, juste avant la phase aigüe de la crise de subprimes aux Etats-Unis.  Ce niveau se trouve légèrement au-dessus de 124.00 yens.

Alexandre Baradez

IG, le courtier en ligne sur CFD (contrat pour la différence) – Le service d’exécution d’ordres sur CFD présente un risque élevé et peut aboutir à des pertes d’un montant qui excède votre investissement initial. Un CFD ne peut pas faire lui-même l’objet d’échanges sur le marché, et ne convient pas à tout type de client. Nous vous remercions de bien vouloir vous assurer que vous avez pris pleinement conscience des risques inhérents à ce type d’opérations.

Alexandre-Baradez

Alexandre Baradez

Chief Market Analyst - Site internet

Alexandre Baradez, diplômé de l’ESCE en 2003 a d’abord évolué plusieurs années chez BNPPARIBAS puis au sein de la Banque ROBECO avant de rejoindre SAXO BANQUE en 2009 en tant que Sales Trader. Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement du Forex lui confère rapidement le rôle d’Analyste Marchés. Interlocuteur privilégié des médias, il délivre quotidiennement des analyses sur les marchés, tendances, risques macro-économiques et participe régulièrement à des conférences dédiées aux investisseurs. En novembre 2013, il rejoint le groupe IG, leader mondial des CFD côté à Londres au FTSE 250, en tant que Chief Market Analyst.

IG propose une solution d’investissement permettant d’investir avec effet de levier sur plus de 10 000 valeurs mondiales via une plateforme et des applications mobiles plusieurs fois récompensées. En tant que courtier en ligne, IG permet d’accéder à plus de 6000 actions d’une vingtaine de bourses différentes, dont Paris Londres et New York, les principaux indices mondiaux disponibles 24h/24, les matières premières (or, pétrole, soja, blé, nickel), le Forex, les obligations et produits de taux et enfin les options et options binaires.

#

Derniers Dossiers


investir-or-ou-comment
investir-petrole
cours-or-hausse-matiere-premiere