EURUSD : la parité absolue semble de mieux en mieux se distinguer

Le 06 mars 2015

investir-turbo-valeur-bourse

anticiper-marche-analyse-technique-300250

Nous sommes à nouveau confrontés au point bas historique de l’EURUSD.

C’est donc fait ! Le mois dernier, nous couvrions le dossier grec. Quand bien même négocié dans la douleur, un accord entre les partenaires européens de l’Eurogroupe prévoit une prolongation de quatre mois du plan d’aide internationale dédié à la Grèce. S’il ne s’agit pas d’une réelle surprise, cela nous a tout de même permis d’atteindre nos objectifs définis dans la précédente analyse, en février dernier. Mais avant d’attaquer ce commentaire, revenons sur les grandes lignes de cet accord.

Mardi 24 février, les ministres des Finances de la zone euro ont validé la poursuite du programme d’assistance à la Grèce. Dans la foulée, le Premier ministre grec (Alexis Tsipras) a annoncé qu’Athènes ne demanderait pas un troisième plan d’aide à l’issue de cette prolongation de quatre mois. De quoi rassurer les marchés financiers… du moins temporairement. En effet, l’accord prévoit par définition un retour en force de ce dossier au premier plan de l’actualité, en juin prochain.

Les quelques réformes proposées par Athènes ont moyennement convaincu l’Eurogroupe. En témoignent les propos du commissaire français aux Affaires économiques, Pierre Moscovici : « Cet accord ne signifie pas qu’on est d’accord avec ces réformes. Nous sommes d’accord avec l’approche ». Pas de quoi crier victoire, d’autant que la question de l’annulation (même partielle) de la dette grecque, reviendra tôt ou tard sur le devant de la scène. En somme : ce texte n’est qu’un pansement provisoire, pas une solution de fond.

L’Eurogroupe, via un récent communiqué de presse « appelle les autorités grecques à encore développer et élargir la liste des réformes […] en étroite coordination avec les institutions, pour arriver à une conclusion rapide et positive ». Même son de cloche au FMI et à la BCE, les deux autres grands créanciers internationaux de la Grèce. Mais quelles sont ces réformes au juste ? Elles se distinguent essentiellement en trois points. Le premier vise à répondre à la « crise humanitaire » comme l’appelle Athènes.

Cela passe par la fin des saisies de logement, la régularisation des arriérés fiscaux et des prêts insolvables, l’embauche de milliers de fonctionnaires mais aussi par le relèvement des pensions des retraités et du salaire minimum. Deuxième aspect, Athènes vise à tacler l’évasion fiscale et la corruption. Vaste débat. Troisième et dernier point, le gouvernement d’extrême-gauche (Syriza) s’apprête à lancer certaines réformes structurelles visant à restructurer le secteur public et à fortement réduire l’administration et la bureaucratie nationales.

Ce vecteur boursier, associé au calme relatif dans l’est ukrainien (suite aux accords de Minsk II), a provoqué une véritable euphorie sur les indices européens. Certes, il peut laisser perplexe bon nombre d’observateurs internationaux et de partenaires européens. D’autant qu’encore une fois, il faudra à nouveau traiter ce dossier européen dans les prochains mois. Mais qu’importe. Ce levier anticipé nous a permis ces quatre dernières semaines d’atteindre les différents objectifs fixés envers nos clients : tant sur l’indice boursier allemand (le DAX30) que sur la parité-reine (EURUSD). Deux sous-jacents particulièrement intéressants en cette période … agitée !

Analyse Technique EURUSD – mars 2015  EURUSD : la parité absolue semble de mieux en mieux se distinguer

Lors de notre précédente analyse technique mensuelle, nous concluions par ces mots : « Ainsi, nous recommandons dans un premier temps de viser les 1,1400, puis 1,1340, 1,1235 et 1,1150 avant la fin février, en guise d’ultimes niveaux. Et ce, tant que la parité-reine ne montre pas de signes de retournement en direction des 1,1500. Poursuivons donc notre trame habituelle mais le bon sens nous invite à appeler à la prudence sur cette fameuse parité-reine. ».

Tous ces objectifs baissiers ont été validés depuis. Il aura néanmoins fallu attendre le début de la première semaine de mars pour atteindre l’ultime zone recommandée à 1,1150. Il faut dire que le mois de février 2015 nous a franchement rappelé celui d’octobre 2014 : une zone-tampon, distinguant globalement une petite consolidation, sans remettre en cause l’énorme canal baissier que nous analysons depuis l’été dernier.

Et pour cause, au-delà du fait que cette consolidation ne fut pas suffisante pour remettre en cause notre trame clairement baissière, nous sommes à nouveau confrontés (au moment de l’écriture de cette analyse) au point bas historique d’EURUSD. Nous maintenons donc notre trame habituelle en mettant simplement à jour nos nouveaux objectifs (les précédents ayant tous été atteints). Malgré cette poursuite logique, nous vous appelons particulièrement à la prudence et à respecter le point pivot en cas de nouvelle consolidation ponctuelle au sein de cet énorme canal baissier pointant vers la parité absolue.

Dans un premier temps, nous recommandons de viser 1,1100, puis 1,1025 et enfin 1,0920 en guise d’ultimes niveaux baissiers pour le mois de mars. Néanmoins, nous insistons très lourdement sur le fait qu’un franchissement haussier (quand bien même ponctuel !) des 1,1275 remettrait partiellement en cause ce scénario. Pour reprendre notre conclusion du mois dernier, « poursuivons donc notre trame habituelle mais le bon sens nous invite à appeler à la prudence sur cette fameuse parité-reine ». Bien que, petit à petit, la parité absolue semble de mieux en mieux se distinguer.

5ème partie du langage des Figures Chartistes : l’Epaule-Tête-Epaule

Cette configuration, qui doit son appellation au fait qu’elle a l’allure d’un tronc humain est très certainement la figure la plus célèbre de tout le bréviaire chartiste. L’Epaule-Tête-Epaule (ou « ETE ») se reconnait à ses trois sommets dont le deuxième (la tête) est beaucoup plus marqué, aussi bien en durée qu’en amplitude, que les deux autres (les épaules de part et d’autre). Si l’on relie entre eux le bas des épaules par un segment de droite, on obtient la ligne de cou de la figure, laquelle pourra être horizontale ou légèrement haussière, mais jamais baissière. Lorsque l’ETE est achevée, c’est-à-dire lorsque la ligne de cou est enfoncée avec beaucoup de volumes, il est possible d’estimer l’ampleur de la baisse en reportant verticalement la hauteur de la tête (en pourcentage) au point de rupture de la ligne de cou.

En ce qui concerne le volume des transactions, les chartistes ne sont pas toujours d’accord entre eux sur son évolution. Certains estiment qu’il doit suivre l’évolution des prix, c’est-à-dire que le volume moyen qui se traite au cours de la première épaule doit être plus faible que celui qui s’échange pendant la formation de la tête. Pour d’autres, c’est l’inverse et sa courbe est d’allure générale descendante : les échanges de volumes sont particulièrement forts lors de la formation de l’épaule gauche, ils sont moins importants pendant la construction de la tête.

Dans le premier cas, cela revient à considérer que le marché reste globalement acheteur lorsqu’il entame la partie droite de la tête, mais qu’un choc aléatoire survient et impacte brutalement le consensus acheteur qui prévalait jusque-là. Dans le second cas, les anticipations des investisseurs se modifient progressivement au fur et à mesure de l’arrivée d’informations négatives ; le ratio entre la pression acheteuse et la pression vendeuse s’inverse alors au bénéfice de cette dernière. Quel que soit le scénario, chacune des parties s’accorde sur le fait que les volumes doivent être très faibles pendant la formation de l’épaule droite et plus précisément dans la phase de hausse de ce troisième sommet.

Dorian Abadie

Tester gratuitement la plateforme de trading de XTB

XTB France est la succursale française de la maison de courtage européenne X-Trade Brokers, créée en 2002 et spécialisée dans le trading en ligne sur CFD et Options Binaires. Forte d’une présence internationale dans un marché en pleine croissance, la société compte aujourd’hui plus de 100.000 clients et 300 collaborateurs à travers le monde.

X-Trade Brokers DM S.A. fournit uniquement un service d’exécution d’ordre. Les informations de marchés et les analyses fournies restent à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation ou une sollicitation d’investissement. X-Trade Brokers ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB.

portrait-Dorian-Abadie

Dorian Abadie

Responsable du département Trading FWA - Site internet

Dorian Abadie a été durant plus de 5 ans Chef Analyste pour le courtier en bourse X‐Trade Brokers, à Paris. En tant que Trader professionnel depuis 2011, son expertise porte essentiellement sur l’investissement à court et moyen terme sur le DAX30 (indice boursier allemand), EURUSD, USDJPY (Forex), Brent (pétrole) et Gold (or).

Expert en analyse technique et chartiste, il est à l’origine de plusieurs programmes de formation en Trading. Il met désormais ses compétences et son réseau au service de FWA en tant que responsable du département Trading, en étroite collaboration avec Frédéric Denis. Dorian est également le co-fondateur et gérant d’une structure d’investissement en Suisse : Blue Trade Systems. Son entreprise propose notamment des solutions de financement participatif via sa plateforme Swiss Funders.

#

Derniers Dossiers


investir-or-ou-comment
investir-petrole
cours-or-hausse-matiere-premiere